Entretien avec Hélène Liteau-Basse

Beauvais is culture : Hélène Liteau-Basse, vous êtes directrice des affaires culturelles de la Ville de Beauvais et de la Communauté d’agglomération du Beauvaisis depuis janvier 2017, pourriez-vous nous présenter votre parcours ? 

Hélène Liteau-Basse : Après une formation en ingénierie culturelle, j’ai débuté ma carrière professionnelle en qualité d’administratrice et chargée de mission auprès d’artistes et de porteurs de projet dans divers domaines artistiques et culturels : la danse contemporaine, le cirque, les arts de la rue, la littérature jeunesse. A cette occasion, j’ai pu collaborer avec des partenaires prestigieux tels que l’Opéra de Paris, le Palais du Louvre, le Château de Chambord, divers festivals internationaux ou des scènes labellisées (Centres Chorégraphiques Nationaux, Scènes nationales…). J’ai également accompagné des projets singuliers d’artistes et d’auteurs engagés sur le terrain, notamment dans le cadre de la politique de la ville.

Après dix ans passées au sein de ces structures, j’ai intégré la ville de Mont-Saint-Aignan, en tant que directrice adjointe puis directrice des affaires culturelles sur un périmètre un peu similaire (les missions Archéologie et Patrimoine en moins). Dans ce cadre, j’ai participé entre autres à la création d’un Centre dramatique national multisite en collaboration avec les villes de Rouen et Petit-Quevilly. J’ai également accompagné la réhabilitation et l’agrandissement d’un centre culturel doté de plusieurs espaces d’enseignement artistique, de transmission de savoirs et de diffusion avec deux salles de spectacle dont l’un des plus grands plateaux de l’agglomération rouennaise. 

Beauvais is culture : Quelles ont été vos motivations quant au choix de Beauvais ? 

Hélène Liteau-Basse : Tout d’abord, j’ai été séduite par la richesse et la diversité de l’offre culturelle : Auparavant, en dehors de sa cathédrale et de son aéroport, je connaissais assez peu la ville et j’ai découvert un maillage culturel dense et foisonnant. J’ai pu constater que l’agenda culturel rythme les saisons au fil d’événements qui rayonnent et qui fédèrent le tissu associatif local et plus largement les acteurs culturels du territoire. L’agglomération est par ailleurs dotée d’équipements structurants : le réseau des médiathèques, le Conservatoire Eustache-du-Caurroy, l’Ecole d’Art du Beauvaisis et bien entendu la Maladrerie Saint-Lazare qui est un site historique, culturel et artistique remarquable.

Je trouve qu’il émane de la ville une identité forte qui s’inscrit de manière assez singulière entre patrimoine et création contemporaine avec une réelle ambition de tisser des liens entre ces deux champs trop souvent opposés. 

Ensuite, c’est bien entendu le périmètre du poste qui a motivé ma candidature : Au-delà du pilotage des grands établissements que je viens de citer, le poste intègre la direction de services multiples qui couvrent un champ très large : archéologie, patrimoine (avec notamment le label Ville d’art et d’histoire), arts visuels, spectacle vivant… L’intérêt réside pour moi dans la diversité des domaines d’intervention et dans les croisements à renforcer entre eux. 

J’ai également été attentive à l’envergure des projets engagés par la Ville et la CAB qui témoigne pour moi d’une politique culturelle volontariste et résolument ambitieuse pour les années à venir. Je pense évidemment au projet de reconstruction du nouveau théâtre et des enjeux d’obtention du label Scène Nationale mais également à la rénovation du Quadrilatère (un autre lieu absolument exceptionnel !) qui en sont, je crois, de belles illustrations. 

Enfin, je suis également intéressée par l’échelon intercommunal. La fusion qui est intervenue au 1er janvier 2017 entre la Communauté d’agglomération du Beauvaisis et l’ex-Communauté de communes rurales du Beauvaisis témoigne du dynamise d’un pôle urbain qui ambitionne de devenir un pôle métropolitain au sein de la nouvelle région des Hauts-de-France. Et je suis convaincue que c’est une formidable opportunité de conduire les politiques publiques dans une logique de coopération territoriale, de mutualisation des moyens et des outils, de stratégies de développement cohérentes de l’offre de services à destination de tous. 

Beauvais is culture : Quels sont les projets et actions que vous souhaitez mettre en place ou développer ? 

Hélène Liteau-Basse : La fin du mandat est marquée par les grands projets de travaux. Il s’agit de :

  • Mener à bien le chantier de reconstruction du théâtre et accompagner cette période d’actions de médiation auprès des habitants (tout en s’attachant par ailleurs à faire aboutir la démarche d’obtention du label Scène Nationale).
  • Engager les travaux de rénovation du Quadrilatère en définissant un projet culturel et scientifique puissant, ancré sur le territoire, riche de son histoire et tourné vers l’extérieur, positionné avec cohérence au sein d’une offre régionale et nationale existante. Le lieu est magique et permettra une nouvelle approche transversale du patrimoine, de l’archéologie, de la création et la diffusion artistique (art contemporain et arts vivants) intégrant les publics (y compris les touristes) au cœur de la démarche.
  • Entretenir, rénover et valoriser notre patrimoine en planifiant les travaux prioritaires à conduire.

Dans un contexte de contraction budgétaire et de réforme territoriale, nous devons réinterroger nos pratiques, nos organisations, nos dispositifs pour nous adapter aux évolutions institutionnelles et sociétales. Donner du sens, de la cohérence à l’ensemble de notre action est essentiel. Pour cela, nous devons favoriser une démarche transversale. Il s’agit d’appréhender l’offre et les pratiques culturelles, non pas dans une logique sectorielle mais comme un axe intrinsèque des politiques d’aménagement du territoire, éducatives, sociales et économiques. 

Et enfin, engager une démarche transversale repose bien entendu sur la capacité à fédérer les équipes, les élus, les acteurs et les partenaires ! Et c’est ce qui me motive et m’intéresse le plus : découvrir les savoirs/les expertises, connaître et reconnaître les compétences, apprendre des autres pour apprendre à travailler ensemble et valoriser le meilleur de chacun ! Un vaste programme porté par une conviction profonde. 

Beauvais is culture : Quelles sont vos impressions après ces trois premiers mois à Beauvais ?

Hélène Liteau-Basse :

  • Un territoire dynamique avec un potentiel de développement évident
  • Des ressources humaines précieuses, des compétences pointues
  • Des gens chaleureux et accueillants (je me suis déjà attachée !) 

Beauvais is culture : Pourriez-vous dresser votre portrait chinois ? 

Hélène Liteau-Basse : Si j’étais :

  • un animal, je serais un oiseau
  • un végétal, je serais une graine, prête à donner vie et à se développer
  • un sport, je serais le footing (rien de mieux pour se vider la tête, la musique à fond dans les oreilles !)
  • un personnage fictif célèbre, je serais Leeloo, le 5e élément (de Luc Besson)
  • un pays, je serais la France bien sûr ! Pour la diversité et la beauté de ses paysages ainsi que sa devise : Liberté, Egalité, Fraternité.
  • une chanson, il me serait impossible de choisir ! Je suis tout aussi sensible au rock d’Arctic Monkeys, aux mélodies envoutantes de Tame Impala, à la voix cristalline d’Agnès Obel, aux chansons entraînantes de La Femme ou de Christine and the Queens ou encore aux vibrations de la 1ère suite de Bach pour violoncelle.
  • un livre, je serais Lignes de faille, de Nancy Houston
  • un moyen de transport, je serais l’avion, pour découvrir le monde !
  • un vêtement, je serais une paire de boucles d’oreilles
  • un objet, je serais mon téléphone portable (pas très original…)
  • un mot, je serais Liberté.
  • une saison, je serais le printemps, pour la douceur des températures, la lumière du soleil, l’explosion des couleurs et des parfums.
  • un plat, je serais des sushis
  • une boisson, je serais le thé en journée (j’en bois des litres !), le mojito en soirée (en quantité plus limitée !).

 

 

 

 


Rédigé le 4 avril 2017
Beauvais is culture

Beauvais is Culture

Direction des affaires culturelles