Keen Souhlal, artiste en résidence

Lieu d'éducation artistique ouvert à tous, que l’on soit amateur ou avide d’une formation professionnelle, l’École d’Art du Beauvaisis est aussi une aire d’accueil pour les créateurs contemporains confirmés. C’est en ce sens qu’elle convie chaque année un panel d’artistes pour des workshops, des ateliers et aussi pour des résidences. 

Ainsi, cet automne, c’est Keen Souhlal, une plasticienne à la double origine française et kabyle qui, tout juste rentrée d’une année de résidence à la Casa Velasquez de Madrid, investit les lieux avec en ligne de mire une exposition de restitution au printemps 2018 : une opportunité de découvrir une jeune artiste au parcours atypique. 

Au sortir de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2009, Keen Souhlal part à la découverte de territoires démesurés : de l’Islande au Québec en passant par le Groenland, elle y découvre des contextes climatiques radicaux, des éléments naturels bruts comme les  geysers, la glace, la neige ou la lave. Ces rencontres avec la matière confortent son intérêt à découvrir l’essence même des choses. Rentrée en France, elle continue de se former pour apprivoiser et mieux détourner le matériau et obtient un CAP en métier du bois et marqueterie à l’Ecole Boulle. 

Parallèlement à ce parcours initiatique, elle obtient un panel de résidences et de bourses qui lui permettent de produire de nouvelles pièces. 

La démarche de Keen Souhlal 

« Mon travail se construit autour de multiples pratiques comme la sculpture, la céramique, le gaufrage, le dessin et la photographie. L’observation est la base fondamentale de mon travail. Je fige la matière dans ses phénomènes éphémères et précaires pour en révéler le potentiel plastique, poétique et gracieux. Je suis une artiste à l’écoute du monde, de sa substance, de sa matière. Hybrides et polymorphes, mes œuvres interrogent notre regard sur l’invisible et l’indicible. Je soustrais au monde une forme de réalité pour placer notre regard dans les strates sensorielles et émotionnelles que je mets en exergue par la matière ». 

Suivant une technicité pointue et riche d’expériences, Keen Souhlal essaie, mélange, apprécie et produit des créations qui offrent une lecture plurielle de ce qui l’environne, la touche, la bouscule aussi et elle fait émerger la fragilité d’une matière dans des œuvres éclectiques. 

Associant des techniques apparemment éloignées, s’émancipant d’un formalisme classique, elle amène à rechercher l’essence même des choses dans la matière, à scruter l’émotion simple inscrite dans la complexité d’une production. 

Keen Souhlal a aussi cette audace d’inscrire le hasard et la contrainte comme des éléments moteurs dans sa pratique : l’un agit sur toute chose, l’autre soustrait le matériau. Ainsi, elle génère des pièces inédites, gorgées de forces et de fragilités. 

Son projet « In Natura » 

« Je suis une artiste qui explore et qui se confronte aux cycles de la nature sous toutes ses formes ».

A l’École d’Art du Beauvaisis, Keen Souhlal développe un projet qui matérialise l’orientation prise par son travail il y a quelques années : les rapports d’échelle, l’aspect multidimensionnel et spatial. A cela s’ajoute le désir de travailler la terre (le grès), ce qui ne lui est pas étranger puisqu’elle a déjà produit des pièces en céramique exposées à la Biennale de la céramique de Châteauroux, entre autres.

Travailler cette matière, ses qualités, user des émaux, s’essayer aux enjeux de la céramique contemporaine en liant des éléments apparemment exogènes, tout en jouant avec la dimension sculpturale, c’est l’opportunité, pour elle, de jouer avec cet équilibre précaire « d’unir le monde de la construction, du bâti en équilibre, avec celui de la nature ».

Interpellant l’imaginaire en créant des univers, des objets en céramique unis à d’autres éléments tels que le bois, Keen Souhlal proposera à l’Ecole d’Art un nouvel ensemble de productions issues d’une mythologie personnelle en perpétuel enrichissement.

Avec le temps et l’expérience, l'artiste a construit une œuvre réfléchie. Sa démarche est profondément ancrée dans la curiosité de l’existence, de l’essence des choses, du potentiel « alchimique » de la matière, qu’elle nous présente dans un rendu esthétique, poétique. 

 « Penser ce n’est pas copier, ni imiter, c’est inventer, chercher en soi. Partir et trouver, découvrir un ailleurs, prendre des chemins de traverse. Et si penser c’était bifurquer, déplacer son regard, interroger les possibles ? La sérendipité est un principe de travail moteur pour ma pratique d’artiste. Découvrir par hasard et avec sagacité les choses que l’on ne cherche pas ». 

Et après ? 

Rendez-vous est pris au printemps 2018 pour découvrir ces productions qui prendront place dans la salle basse de l’auditorium Rostropovitch.

Ayant obtenu une bourse de Résidence “Patrimoine et Création“ au Musée d’histoire naturelle de l’Ile de la Réunion pour 2018, l’artiste envisage ensuite un nouveau voyage avec sa dose d’expérimentations en perspective donc.

Crédit photo : Julien Roux, classe préparatoire EAB 2017-2018

Site de l'artiste, cliquez ici

 

 


Rédigé le 17 octobre 2017

Quand ?

Où ?

École d'Art du Beauvaisis

École d'Art du Beauvaisis

ECOLE D'ART DU BEAUVAISIS
Espace Culturel François Mitterrand, 43 rue de Gesvres 60000 BEAUVAIS
03.44.15.67.06
En savoir plus