"L'Atelier - Au Théâtre ce soir"

L’Atelier

un programme en trois expositions du 2 février au 19 août 2018

Initialement dédié au travail des lissiers, l’espace de « l’Atelier » retrouve aujourd’hui son format d’origine et permet d’expérimenter autour de la rencontre d’une œuvre monumentale et/ou d’une installation. L’Atelier est un cycle de trois expositions dont les outils de médiation sont pensés avec la participation des écoles d’application et de leurs élèves afin de co-construire des dispositifs où les publics sont acteurs de leur médiation.

 

Étape 1 : du 2 février au 1er avril 2018

Vernissage le vendredi 2 février à 18h45 au Quadrilatère

Pierre Ardouvin, Au théâtre ce soir, 2006
Matériaux mixtes, 305 × 525 × 555 cm
Collection Lafayette Anticipation– Fonds de dotation Famille Moulin, Paris.

 

Focus sur l’oeuvre

"Au théâtre ce soir" est une émission de télévision française présentée par Pierre Sabbagh. Entre 1966 et 1985, ce programme diffusa plus de 400 pièces de théâtre enregistrées au cours de représentations publiques aux théâtres Marigny ou Edouard VII, à Paris. Les comédies de moeurs légères et les pièces de théâtre de boulevard qui étaient alors proposées suscitèrent l’engouement du public se comptant en dizaine de millions de spectateurs. Chaque émission suivait un rituel immuable : elle s’ouvrait par quelques plans sur la salle de théâtre, son décorum, ses dorures, ses lampes puis le titre de l’émission s’affichait, suivi de plans sur le public en train de s’installer et les traditionnels coups de bâton annonçant l’ouverture des rideaux. Chaque retransmission se terminait, juste avant la tombée de rideau, par une phrase passée à la postérité : "les décors sont de Roger Harth et les costumes de Donald Cardwell".

Inspirée par cette phrase de Guy Debord, " Dans un monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux " tirée de La société du spectacle (1967), l’installation se présente comme un petit théâtre praticable par le public dont la scène s’ouvre sur l’espace de l’exposition transformé alors en spectacle. Une fois confortablement installé, le visiteur est confronté à un renversement des rôles et des valeurs de chacun : qui regarde qui ? Où est le spectacle ? Qui sont les acteurs ? Qui sont les spectateurs ? Opérant une véritable mise en abîme de la scène artistique, Pierre Ardouvin désamorce le spectaculaire en même temps qu’il le donne à expérimenter. Cette récurrence de la mise en scène du réel dans le travail de l’artiste rencontre son observation acerbe de la permanence des comportements infantiles dans le monde des adultes. L’enfance est évoquée pour le sentiment de la perte qu’elle suscite en chacun. Plus que de nostalgie, il s’agit d’une forme de rémanence, cette sensation visuelle et psychique de persistance d’un objet, d’une image, d’une situation à jamais disparue.

Extrait CQFD, Pierre Ardouvin, exposition « Tout est affaire de décor », 2016, Macval

Racontez-nous votre idée dans cette création… Quel est le rôle du regard dans ce jeu voir/être vu ?

Pierre Ardouvin : Je l’ai créée pour la foire de Art Basel en Suisse. Cette invitation concernait un secteur de la foire intitulé « Art Statement » où sont montrés des projets solo d’artistes. Les foires d’art contemporain sont des lieux particuliers où les œuvres sont vraiment réduites au statut d’objet marchand. On retrouve aussi dans le langage du milieu de l’art des expressions liées au spectacle, on y parle de « pièces », d’« acteurs », de « scène ». C’est donc ce spectacle que cette œuvre mettait en abyme. Le point de départ est une phrase de Guy Debord dans son livre "La société du spectacle" : « Dans un monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux. » Le titre, Au théâtre ce soir reprend celui de la célèbre émission de télévision des années 70 qui diffusait des pièces de théâtre de boulevard. Et il y a cet effet de renversement où le spectateur devient objet du spectacle et l’œuvre un dispositif pour regarder qui fonctionne aussi et différemment dans l’exposition du Mac-Val. Ici, c’est l’exposition elle-même qui devient spectacle et le spectateur assis dans le théâtre est tout aussi bien hors de l’exposition que partie intégrante du spectacle.

Extrait « Tout est affaire de décor », entretien avec Pierre Ardouvin, 24 octobre 2016, www.lobjetregard.com

Pierre Ardouvin est né en 1955. Il vit et travaille à Paris. www.pierreardouvin.com

 

Présentation du Quadrilatère

Le Quadrilatère – un espace de création unique, une entrée sur l’histoire de la ville

Repris par la Ville en 2013, le Quadrilatère propose aujourd’hui une programmation qui s’étend à l’ensemble des disciplines artistiques, tout en valorisant les liens entre patrimoine et création contemporaine. Pour 2018 et dans le cadre du label Ville d’art et d’histoire, le nouvel espace patrimonial situé au cœur du bâtiment vous invite à vivre une expérience unique à travers de nouveaux outils de médiation et en écho avec la programmation du Quadrilatère.

Le Quadrilatère – un lieu de médiation de l’art

Le Quadrilatère conduit une dynamique politique d’expositions temporaires en résonance avec l’évolution des pratiques artistiques contemporaines qui dialoguent avec l’architecture du lieu. Ses missions de création, de médiation et de diffusion sont envisagées comme autant d’espaces collectifs de production de sens : artistes et visiteurs y participent à une expérimentation sur ce qui construit et motive notre rapport à l’art contemporain. Le Quadrilatère est un lieu de vie qui conjugue chaque année des expositions monographiques ou collectives, des cycles de conférences, des rencontres, des débats et différents dispositifs de médiation et d’accompagnement des publics dans leur découverte des pratiques artistiques contemporaines.

Présentation de l’ESPE

L’Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education a pour mission essentielle de former les publics aux métiers de l’éducation. Elle dépend directement de l’Enseignement Supérieur (UPJV : Université Picardie Jules-Verne) et développe des partenariats obligatoires avec l’Education nationale. Cette formation s’effectue principalement par le cursus MEF (Master Education Formation). Le cursus classique comporte le passage du concours CRPE (Certificat Régional au Professorat des Ecoles) à la fin du M1. En M2, les lauréats sont donc devenus des " étudiants fonctionnaires-stagiaires de l’Etat " et ce, à mi-temps. La formation des M2 pour ce Master professionnel repose sur des compétences professionnelles qui ont notamment une spécificité : la polyvalence. En effet, les futurs enseignants qu’ils sont, devront pouvoir enseigner pas moins de dix domaines différents. Il est donc important pour eux de maîtriser la pédagogie de projet, pierre de touche de ce métier.

Informations pratiques

Le Quadrilatère
22 rue Saint-Pierre
60000 Beauvais
03 44 15 67 00
culture.beauvais.fr
 
Horaires d’ouverture
du mardi au vendredi 12h - 18h
samedi et dimanche 10h - 18h

ENTREE LIBRE

Contact presse : contact-quadri@beauvais.fr
Contact accueil et médiation : mpiochel@beauvais.fr

Le Quadrilatère est un équipement culturel de la Ville de Beauvais. Il fait partie du réseau 50°Nord et est associé au réseau national des Villes et Pays d’art et d’histoire


Rédigé le 4 février 2018

Annexe - Téléchargement

Communiqué Presse ATELIER - 2018.pdf

Quand ?

Du au
Horaire : non précisé

Où ?

Le Quadrilatère - 22 rue Saint-Pierre
60000
Beauvais
Voir carte
Le Quadrilatère

Le Quadrilatère

LE QUADRILATÈRE
22 rue Saint-Pierre 60000 Beauvais
03.44.15.67.00
En savoir plus