Commission Patrimoine & Archéologie

Présentation des prix

Espace culturel François-Mitterrand - Rue de Gesvres
60000 BEAUVAIS
Service Ville D'art Et D'histoire
03.44.15.67.00
03.44.15.67.00

Pour valoriser les travaux de recherche de qualité, la Commission patrimoine et archéologie a créé trois prix du nom d’historiens qui ont œuvré pour la connaissance de notre territoire :

  • Le prix Fanny Dénoix des Vergnes, attribué aux élèves de l'élémentaire au lycée et doté d’un cadeau (achat de produits culturels) d’un montant maximal de 150 €, la remise d’un diplôme et une visite guidée inédite du patrimoine beauvaisien. Le prix est remis à l’établissement scolaire (coopérative scolaire).
  • Le prix Louis Graves, attribué aux recherches indépendantes et doté de 500€ 
  • Le prix Victor Leblond, attribué aux masters et doté de 800€
  • Le prix Pierre Goubert, attribué aux thèses et doté de 1200€

 

Qui sont ces historiens qui ont donné leur nom aux prix ?

Pierre Goubert (1915-2012)

Historien français spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles.

Agrégé d’histoire en 1948, il enseigne au lycée Félix-Faure de Beauvais au début des années 1950. C’est à cette époque qu’il débute sa thèse sur Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, sous la direction d’Ernest Labrousse. Il la soutient en 1958. Sa thèse constitue une étape importante dans l’étude de la démographie historique. En 1965, il devient professeur à l’université de Nanterre–Paris X puis à la Sorbonne en 1969. En 1966, il publie Louis XV et 20 millions de Français, une histoire en remontant du bas vers le haut.

 

 

 

 

Le docteur Charles-Henri-Victor Leblond (1862-1930)

Médecin, homme politique, historien

Docteur en médecine en 1892, il s’installe peu de temps après à Beauvais où il se marie. Reçu à la Société académique de l’Oise en 1893, il en devient président en 1903. Ces nombreuses publications sur le patrimoine monumental et les archives de Beauvais sont essentielles aujourd’hui car elles permettent de préserver des sources écrites sur le Beauvais d’avant la Seconde Guerre mondiale bien que les archives aient brûlé en 1940.

 

 

 

 

Louis Graves (1791-1857)

Après des études littéraires et scientifiques, Louis Graves occupe des postes à responsabilité à la préfecture de Beauvais de 1817-1842 et y reste malgré les changements politiques. En dehors de son activité professionnelle, il publie des monographies sur tous les cantons du département de l’Oise - activité qu’il terminera à la demande du Conseil général alors qu’il a quitté le département et termine sa carrière à Paris, au ministère des Finances puis à la tête des Eaux et Forêts.
En 1839, il est le cofondateur du Comité archéologique de Beauvais, à une époque où la seule société savante présente dans la région est la puissante Société des antiquaires de Picardie à Amiens. En 1847, le Comité archéologique de Beauvais est à l’origine de la Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise qui crée le Musée départemental de l’Oise.

 

 

 

Fanny Dénoix des Vergnes (1798-1879)

Née Marie-Françoise Descampeaux à Luchy dans l’Oise en 1798, Fanny Dénoix des Vergnes est une célèbre poétesse et historienne locale. Elle a échangé avec les plus grands noms de la littérature française comme Hugo, Chateaubriand, Lamartine ou Sue (dont elle publie une traduction versifiée de ses Mystères de Paris). Célèbre dès 1837 pour son recueil les Heures de solitude (1837), « la Muse de Beauvais » a été choisie par Napoléon III pour prononcer l’éloge de Jeanne Hachette lors de l’inauguration de la statue sur la place de l’hôtel de ville le 6 juillet 1851. Érudite, membre de nombreuses sociétés savantes, elle contribue à La Flandre illustrée et est une des trois femmes (pour 421 hommes) à participer au Congrès scientifique de France de 1853 à Arras. Elle a beaucoup écrit sur l’histoire locale (Compiègne, Pierrefonds, Montataire et bien sûr Beauvais). Dans son testament, elle lègue à la ville de Beauvais la somme de 5000 francs pour fonder un prix de poésie, « l’unique consolation et le seul charme de ma vie », écrit-elle, qui a été remis jusqu’en 1914.

 

Adresse

  • Espace culturel François-Mitterrand - Rue de Gesvres
  • 60000
  • BEAUVAIS