Entretien avec Aude Clément

Beauvais is culture : Aude Clément, vous dirigez la Maladrerie Saint-Lazare depuis octobre dernier. Pourriez-vous nous parler de votre parcours ?

Aude Clément : Après des études de lettres et de direction de projets culturels, je me suis orientée dans l’accompagnement en production et diffusion d’artistes du spectacle vivant. J’ai occupé ces fonctions aussi bien auprès de compagnies que d’institutions nationales comme les Centres dramatiques nationaux de Caen et de Lorient ou plus récemment à la Maison de la Culture d’Amiens, scène nationale. Parallèlement, je me suis spécialisée dans le montage et le suivi de projets de coopération au niveau européen. J’ai ainsi pu travailler au sein de réseaux européens ou contribuer au développement de projets européens à l’intérieur des structures dans lesquelles j’ai travaillé. J’ai notamment participé à la Maison de la Culture d’Amiens au développement du festival « Art, villes et paysage » dans les Hortillonnages, en coopération avec la ville de King’s Lynn en Angleterre. Ce projet a été l’occasion de créer un festival de jardin franco-britannique, de soutenir des jeunes plasticiens et paysagistes des deux côtés de la frontière, de faire un échange entre deux groupes de personnes en insertion autour des métiers de l’horticulture et du jardinage et de développer des actions de médiation auprès des écoles sur les questions de la nature et de l’environnement. 

Beauvais is culture : Quelles ont été vos motivations pour intégrer la Maladrerie ?

Aude Clément : Mes différentes expériences dans le montage de projets européens m’ont appris à travailler de manière transversale, en lien avec différents partenaires mais aussi en croisant les disciplines : culture, économie, tourisme, social… J’avais envie de poursuivre un travail qui allie ces différentes composantes et favorise le dialogue de la culture avec d’autres secteurs d’activités. La Maladrerie m’est apparue comme un lieu réunissant ces conditions. Au-delà du caractère patrimonial et historique exceptionnel du site, la Maladrerie représente un écrin remarquable pour le développement d’un projet ambitieux à la croisée de la culture, du tourisme et de l’économie. 

Beauvais is culture : Quelles sont vos pistes pour développer des projets à la Maladrerie ?

Aude Clément : La Maladrerie a déjà une activité assez dense qui s’articule autour de trois grands axes :

  • La culture : une programmation automne-hiver avec l’accueil de concerts de musique classique, jazz et musiques du monde dans la merveilleuse salle de la grange et une programmation printemps-été avec des manifestations familiales en extérieur et une exposition d’art contemporain in situ
  • Le Patrimoine et le tourisme : des visites guidées sont organisées régulièrement pour faire découvrir l’exception de ce patrimoine de l’architecture hospitalière des 12ème et 13ème siècles, des médiations sur le patrimoine et le jardin sont également proposées aux scolaires et aux centres de loisirs
  • Le développement économique : l’organisation des salons professionnels (Salon des Antiquaires, Salon des Potiers, Salon des Vins et Journées des Plantes) et la location des espaces aux particuliers et aux entreprises. 

Le potentiel pour poursuivre ce croisement des disciplines et valoriser le patrimoine de la Maladrerie est énorme. Le site est bien fréquenté mais pourrait l’être encore davantage. Il va donc falloir continuer à proposer une offre de service de qualité pour augmenter sa visibilité à l’extérieur et attirer aussi bien les habitants du Beauvaisis que ceux des régions limitrophes et les touristes nationaux, voire internationaux. Il est important que la Maladrerie puisse rayonner de façon très large et tisse des partenariats sur le territoire mais aussi en dehors de la région et pourquoi pas au-delà des frontières. Nous allons donc explorer différentes pistes de développement du projet actuel pour valoriser plus largement ce superbe site patrimonial et le faire connaître au plus grand nombre. 

Beauvais is culture : Pourriez-vous nous citer un exemple de valorisation réussie d’un site remarquable ?

Aude Clément : La valorisation d’un site patrimonial est toujours très délicate car elle doit à la fois prendre en compte les dimensions historiques du lieu mais aussi s’inscrire dans un projet contemporain qui s’adresse au plus grand nombre. C’est un savant équilibre à trouver entre le passé et le présent. Les lieux labellisés Centres Culturels de Rencontre sont reconnus dans cette capacité à faire vivre l’histoire du lieu, tout en proposant des activités novatrices et atypiques. Plusieurs projets sont assez exemplaires en la matière. Il y en a deux que je trouve particulièrement réussis :

- le projet des Dominicains de Haute-Alsace à Guebwiller qui ont développé un projet innovant de valorisation d’un ancien couvent consacré à la musique et à la création numérique,

- l’Akademie Schloss Solitude en Allemagne qui propose un projet transversal entre art, sciences et économie.

Ce sont des pistes intéressantes d’inspiration pour le projet de la Maladrerie, même s’il sera nécessairement différent puisque chaque lieu et chaque territoire a son histoire propre. 

 


Rédigé le 12 janvier 2018
Maladrerie Saint-Lazare

Maladrerie Saint-Lazare

MALADRERIE SAINT-LAZARE
203 rue de Paris 60000 BEAUVAIS
03.44.15.67.62
En savoir plus